Auteur : 
Florent BELLOUARD

Consultants et experts de la coopérative d’activités basée à Montpellier, regroupés sous la marque Crealead Evolution ont réfléchi, ensemble, aux actions qu’ils peuvent mettre en place pour améliorer le monde. Utopique peut-être, mais créative et dynamisante, cette démarche est plébiscitée par les plus grandes entreprises mondiales comme Apple ou Facebook .

«Le progrès exige que l'humanité se rassemble non pas autour de cités ou de nations, mais plutôt d'une communauté globale», soutient Mark Zuckerberg, le patron du premier réseau social mondial. « Aidé par la technologie, chaque individu a les outils, le potentiel et la portée pour construire un monde meilleur » avance Tim Cook, le PDG d’Apple. A Crealead, les co-entrepreneurs ont relevé le défi et activé leurs neurones.

Si on peut changer le monde branché sur son smartphone et connecté à son réseau social préféré, il est également possible de réfléchir à cette vaste question en partageant ses expériences individuelles avec les autres, en fonctionnant en équipe ou en élaborant des réponses collectives. C’est le sens de l’atelier « Comment améliorer le monde » organisé dans les locaux de l’entreprise coopérative montpelliéraine.

Partages d’expériences

L’accompagnement au changement, le recyclage, l’écoute profonde des individus, le jeu, une information vérifiée, le sens de sa vie, l’économie circulaire, l’exemplarité contagieuse, le minimalisme, l’esprit critique ou la confiance, lors de cette première phase de l’atelier, chaque participant, à partir de son expérience professionnelle, a évoqué en quelques mots les pistes qu’il envisageait pour améliorer le monde. Ici pas de vérité révélée, ni de solutions miracles, l’important, lors de cet échange, est d’écouter l’autre.

Le jeu l’alphabet des concepts

Forts et enrichis de toutes ces idées, les co-entrepreneurs se sont prêtés au jeu de l’alphabet des concepts (jeu de cartes avec les lettres de l’alphabet). Chaque joueur tire ainsi une carte au hasard et exprime un concept commençant par cette lettre. Parmi les différentes propositions, quelques phrases ont retenu l’attention :

  • S’accepter différents et se vouloir complémentaires
  • Universalisme : l’unité dans la différence
  • Accepter son imperfection, c’est accepter sa part d’ombre, et c’est dans sa part d’ombre qu’on peut voir sa lumière.
  • Une discussion sous forme de brainstorming

 

L’atelier s’est ensuite poursuivit par une discussion libre. Le débat s’est porté notamment sur les étiquettes qui nous enferment et enferment le monde. Exemple avec le terme de formateur dans lequel certains ne se retrouvent pas. La conversation a ensuite évolué vers l’engagement professionnel. Faut-il avoir un objectif, une vision, quitte à refuser les opportunités ? Ou saisir les opportunités, quitte à ne pas avoir le temps de développer ce qui nous tient à cœur, mais en réussissant à donner son propre sens à ces opportunités. Dans tous les cas, « sentir » la mission pour ne pas accepter pour de mauvaises raisons, sans pour autant hésiter quand même à sortir de sa zone de confort.

Propositions concrètes

Et pour améliorer le monde que faire ? Faut-il faire progresser la coopérative et susciter l’exemplarité contagieuse ?Les co-entrepreneurs, la tête bien pleine après ces quelques heures d’échanges fructueux, ont proposé quelques idées concrètes :

  • un mur à idées pour l’amélioration du monde qui permettrait de créer du lien
  • Un arbre de Noël avec en guise de cadeaux des idées pour changer le monde.
  • Une caisse solidaire pour les co-entrepreneurs dans le besoin ou pour des projets humanitaires.

Si un un échange de quelques heures a suffit pour améliorer un collectif, imaginez ce que les experts de Crealead Evolution peuvent élaborer pour changer la donne dans votre organisation ou votre entreprise. L’essentiel, pour que le monde change, n’est-il pas de changer soi-même ?

Florent Bellouard

Marque(s) concernée(s) : 
-->